Le travail d’équipe : plus que du jeu

Posez-vous cette question simple : préférez-vous être pris en charge par un groupe ou par une équipe?

La réponse est facile.

Ce qui n’est pas facile, c’est de transformer un groupe en équipe, même lorsque ses membres travaillent tous pour la même organisation et sont tous là pour s’occuper des patients. Comme le dit David P. Baker dans son article : « Le simple fait de créer une structure d’équipe dans une organisation ne se traduit pas automatiquement par un travail d’équipe efficace… [cela] exige en effet que les membres de l’équipe acquièrent une connaissance commune des rôles et des capacités de chacun. Sans cette connaissance, des conséquences indésirables graves, mais évitables, peuvent résulter d’une série d’erreurs apparemment triviales que l’on aurait pu prévenir par un travail d’équipe efficace. »

C’est justement parce que les erreurs triviales peuvent devenir catastrophiques que le bon travail d’équipe est essentiel en santé. Le Guide pédagogique de l’OMS pour la sécurité des patients affirme qu’il existe un lien clair entre les « compétences non techniques, telles que le travail en équipe, » et la sécurité des patients; une étude pédiatrique a révélé que la déficience du travail d’équipe et des communications en soins intensifs néonatals était à l’origine de 72 % des décès et des blessures en périnatalité.

Selon le Guide de l’OMS, les équipes diffèrent des petits groupes parce que, malgré l’existence dans les deux cas de rôles spécifiques et de connaissances et compétences spécialisées, le travail des membres d’une équipe est interdépendant et doit être collectif. Le Guide cite également l’article de David P. Baker [ci-dessus], selon lequel apprendre aux professionnels de la santé à travailler en équipe « constitue une stratégie efficace et pragmatique pour renforcer la sécurité des patients et réduire les erreurs médicales ».

Peu de professionnels de la santé ont suivi une formation sur le travail d’équipe au cours de leurs études. Il existe toutefois beaucoup de ressources qui aident les organismes de soins de santé à créer des équipes, donnent des conseils sur la direction d’équipes et décrivent même comment être un bon équipier.

Le Guide énumère six caractéristiques propres aux équipes efficaces, à savoir un but commun, des objectifs mesurables, un leadership efficace, une communication efficace, une bonne cohésion (esprit d’équipe) et le respect mutuel. D’autres auteurs qui abondent dans le même sens classent habituellement la bonne communication en premier, suivies d’un but commun et clair et d’un leadership robuste.

Dans leur article intitulé Teams, tribes and patient safety [Les équipes, les tribus et la sécurité des patients], trois chercheurs néo-zélandais nomment plusieurs mesures pour surmonter les obstacles à la communication, dont l’enseignement de stratégies de communication, la formation collective des équipes et la création d’équipes démocratiques – parce que les jeunes membres de l’équipe ont souvent peur de s’exprimer à des moments cruciaux.

Dans Effective Leadership of Surgical Teams [Leadership efficace des équipes chirurgicales], les chercheurs ont identifié les caractéristiques des chirurgiens chefs de file. Les meilleurs, selon leurs équipes, sont ceux qui en font davantage pour mobiliser leurs collègues, leur demandent d’exprimer leurs préoccupations et invitent à la collaboration. L’attitude des leaders a également une forte influence sur les équipes : ceux qui rendent le milieu de travail désagréable sont mal cotés.

Le message le plus important à retenir de l’ensemble de la recherche? Des équipes efficaces peuvent (et doivent) être créées. Il ne suffit pas de les laisser évoluer d’elles-mêmes. Dans les milieux de travail d’aujourd’hui, où la pression est forte, on ne peut pas se permettre d’attendre, et les enjeux – le tort causé aux patients, l’épuisement des travailleurs de la santé et le gaspillage de ressources humaines et financières – sont beaucoup trop élevés.

À propos de l’auteur

Rédactrice-réviseure établie à Ottawa, Jane Coutts se spécialise dans les enjeux liés aux soins de santé. Elle a travaillé comme journaliste pendant 15 ans, principalement pour le Globe and Mail, où elle a couvert les politiques de la santé pendant cinq ans. Depuis la fondation de Coutts Communicates en 2002, Jane s’est employée à rendre les politiques sur les soins de santé plus accessibles et plus pertinentes. Elle organise également des ateliers sur la rédaction en langage clair.

Plus de contenu par Mme Jane Coutts
Précédent
Une technologie de surveillance à distance aide les aînés à mieux respirer à la maison
Une technologie de surveillance à distance aide les aînés à mieux respirer à la maison

La vie avec une maladie chronique est souvent synonyme de visites fréquentes à l’urgence et de longs séjour...

Prochain
Des médecins innovateurs et entrepreneurs vous donnent cinq conseils pour réussir
Des médecins innovateurs et entrepreneurs vous donnent cinq conseils pour réussir

Que vous en soyez à vos débuts ou que vous souhaitiez perfectionner vos compétences, voici quelques-uns des...

Vous vous considérez comme un vecteur d’innovation ou de leadership? Vous avez une idée audacieuse à partager?

Écrivez-nous