Changement de culture : pleins feux sur la mise à l’échelle d’un programme de bien-être pendant la pandémie

July 27, 2020

Pour un nombre croissant d’hôpitaux canadiens, le bien-être des employés est maintenant une priorité, et l’adoption de stratégies de prévention contre l’épuisement professionnel chez les médecins et autres travailleurs de la santé avec des programmes de pleine conscience et de résilience, un premier pas en ce sens. Mais pour que ces programmes portent fruit, la participation des employés est essentielle.

C’est là que la Dre Mary Elliot, psychiatre au Centre de cancérologie Princess-Margaret de Toronto, a particulièrement bien réussi.

En cinq mois seulement, avec ses collègues Marnie Escaf et Alyssa Macendo, la psychiatre a mis sur pied un programme en milieu de travail nommé BRITE (pour Building Resilience within Institutions Together with Employees, ou « renforcer la résilience au sein des établissements en collaboration avec les employés »), qui a été lancé auprès de 1 400 employés. Le programme a été si bien accueilli qu’il a été déployé, un an plus tard, dans l’ensemble du Réseau universitaire de santé, soit auprès de plus de 10 000 employés.

Quel est le secret de ce programme? Et comment la Dre Elliott a-t-elle réussi à le faire adopter à si grande échelle?

 

Microexercices de bien-être au travail

La Dre Elliott avait déjà mis sur pied un programme de formation au centre Princess-Margaret, Compassion, Presence and Resilience (Compassion, présence et résilience), destiné aux professionnels de la santé. Elle y avait combiné des exercices de pleine conscience et d’autocompassion à faire à la maison ainsi que des microexercices – de petits gestes pour prendre soin de soi – réalisables au travail.

Elle savait, de par les commentaires du personnel, que les microexercices avaient été bien intégrés par les participants.

« Je crois que le simple fait de prendre quelques minutes pour se recentrer aide à faire baisser la pression... Je dirais qu’au fil du temps, c’est une façon plus saine de travailler. » – Participant

« Des gens sont venus me dire qu’ils utilisaient encore l’exercice S.T.O.P. ou posaient une main sur leur cœur juste avant d’aller annoncer une mauvaise nouvelle à un patient, reprend la Dre Elliott. Le fait de s’ancrer dans le moment présent avec ces petits gestes les a aidés à renforcer leur sentiment de bien-être. »

Exercice BRITEMC : S.T.O.P.

Dans cet exercice, les participants sont invités à prendre une pause intentionnelle durant leur journée afin de bien prendre conscience du moment présent.

Conseil : Faites cet exercice pendant une activité de routine comme vous laver les mains, allumer votre ordinateur ou attendre l’ascenseur.

Les microexercices sont devenus la pierre angulaire du programme BRITE, conçu pour accroître le bien-être du personnel, mobiliser les employés et, au bout du compte, améliorer la qualité des soins prodigués grâce à des exercices individuels de renforcement de la résilience facilement réalisables.

« Cela englobe toute mesure visant à préserver le bien-être lorsqu’on vit de l’anxiété, du stress, une forte pression ou une réaction forte à un événement », précise la Dre Elliott.

 

Actions simples à réaliser

La Dre Elliott s’est donné pour mission de concevoir le programme BRITE sous le signe de la simplicité. Elle a établi six domaines de résilience et créé deux microexercices pour chacun, en décrivant des situations où ils seraient utiles.

L’hôpital désignait un « domaine du mois » à l’honneur et, pendant cinq mois, le programme a été mis à l’essai lors des caucus de l’équipe de direction sur la sécurité, tandis que les gestionnaires et directeurs des équipes de soins interdisciplinaires consacraient une partie de leur réunion quotidienne de 10 minutes à un exercice du programme BRITE.

« La directrice des soins aux patients hospitalisés, par exemple, m’a dit recourir aux pauses d’autocompassion avec ses équipes à chaque retour sur un incident critique, et que tout le monde y trouvait une utilité », indique la Dre Elliott.

La psychiatre et ses collègues ont peaufiné les exercices pour qu’aucun ne prenne plus d’une minute à effectuer. Elle a créé des « fiches d’exercices » à remettre lors des caucus, qui contiennent des instructions simples sur la réalisation de l’exercice et des conseils sur son intégration au quotidien.

Guide de pratique BRITE

En avril 2018, le modèle BRITE a officiellement été lancé lors d’une activité à l’extérieur de l’hôpital, où les dirigeants du projet pilote ont travaillé en trios pour enseigner les exercices à d’autres membres du personnel, chacun guidant un exercice à tour de rôle.

« L’idée derrière tout ça, c’était que personne ne dépende d’experts comme moi. Nous voulions mettre sur pied un programme que n’importe qui pourrait enseigner », explique la Dre Elliott.

Pour favoriser la persistance du programme, on a demandé aux gestionnaires de nommer des membres de leur équipe comme ambassadeurs du programme BRITE. Ces derniers avaient pour tâche de s’informer sur le programme, de remplacer les fiches d’exercices d’un mois à l’autre et d’encourager les autres membres du personnel à participer.

 

Adoption d’un langage commun sur le bien-être

Après plusieurs mois, le programme BRITE a pris de l’ampleur et fait maintenant partie intégrante de la journée de travail.

L’expression « prendre un moment BRITE » est même devenue pour les employés une façon d’exprimer la nécessité de prendre une pause bien-être.

La Dre Elliott donne l’exemple d’une pharmacienne au centre Princess-Margaret qui suivait de près un patient atteint d’un cancer. Après avoir appris son décès, la pharmacienne s’est isolée dans la réserve pour faire l’exercice R.A.I.N, qui consiste à faire preuve de générosité et de compassion envers soi-même. Y reconnaissant une situation décrite dans le programme, un collègue lui a suggéré de « prendre un moment BRITE » et de sortir prendre l’air.

Exercice BRITEMC : R.A.I.N.

Commencez par vous remémorer une situation ou un événement récent qui a déclenché des émotions intenses ou difficiles.

Conseil : Faites cet exercice lorsque vous ressentez de la colère, de l’humiliation, du chagrin ou de l’anxiété. Cet outil peut vous aider à ressentir un calme et un équilibre intérieurs, et à réagir de façon plus posée.

« Le programme a donné aux membres du personnel un langage commun et la permission de reconnaître la part de stress inhérente à notre travail. Ça permet de normaliser l’expérience », constate la Dre Elliott.

Avant même la fin de la période d’essai de six mois, d’autres hôpitaux du Réseau universitaire de santé ont voulu l’adopter.

Au printemps 2019, il a été déployé à l’Hôpital général de Toronto, à l’Hôpital Toronto Western et à l’Institut de réadaptation de Toronto, soit auprès de plus de 10 000 employés.

 

Soutien en place durant la pandémie de COVID-19

Étant donné le succès du programme BRITE, la Dre Elliott était bien placée pour proposer de nouvelles mesures de soutien au bien-être lorsque la COVID-19 a frappé l’Hôpital Princess Margaret cette année. Axé sur la compassion, la résilience et l’esprit d’équipe, le programme CREATE proposait de jumeler la Dre Elliott et une douzaine d’autres professionnels en soins de soutien à différentes équipes cliniques. Les participants se sont rencontrés régulièrement tout au long de la pandémie et ont utilisé les exercices du programme BRITE comme base.

« Le programme nous a inspiré les mesures de bien-être que nous avons utilisées pour aider les équipes », confirme la Dre Elliott.

Par exemple, lorsque l’équipe clinique avec laquelle elle travaillait a vécu une matinée particulièrement difficile avec un patient atteint de la COVID-19, le caucus a été consacré à un exercice de gratitude tiré du programme BRITE : les coéquipiers ont pris le temps de réfléchir à l’appréciation qu’ils avaient pour un membre ou un aspect de leur équipe, nommant ce pour quoi ils étaient reconnaissants et prenant note de ce qu’ils ressentaient par rapport à cet exercice d’équipe.

« Nous avions un langage commun sur lequel nous appuyer pour soutenir les équipes tout au long de la pandémie », ajoute-t-elle.

 

Déploiement du programme BRITE à plus grande échelle

À l’heure actuelle, la Dre Elliott évalue la mise en œuvre du programme BRITE dans l’ensemble du Réseau universitaire de santé.

Elle aimerait qu’une application soit créée à partir des courts exercices du programme afin d’en faire profiter d’autres établissements de soins de santé.

« Le programme BRITE visait avant tout à changer la culture et à créer un environnement où les gens se sentent à l’aise de parler des facteurs de stress et des pressions qu’ils subissent, mais aussi d’optimisme. »

Le pouvoir de l'entraide et des connaissances

Connexion bien-être est un espace virtuel sûr où les médecins et les apprenants en médecine peuvent discuter de leurs expériences, obtenir du soutien, demander conseil et s'entraider.

En savoir plus

_

Ces documents sont publiés uniquement à titre informatif. Ils ne remplacent en rien un avis médical en bonne et due forme et ne doivent pas être considérés comme des conseils médicaux ou personnels. Les auteurs s’expriment à titre personnel, et leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales, y compris Joule. Ce sujet vous passionne? Écrivez-nous à infojoule@amc.ca.

Précédent
Cinq découvertes scientifiques qui ont eu une incidence sur les soins cliniques pour la COVID-19
Cinq découvertes scientifiques qui ont eu une incidence sur les soins cliniques pour la COVID-19

Voici une mise à jour de l’équipe d’infectiologie de DynaMed sur cinq découvertes scientifiques qui ont eu ...

Prochain
Faire le point en période de stress intense : facteurs de risque et signaux d’alarme
Faire le point en période de stress intense : facteurs de risque et signaux d’alarme

Connexion bien-être est un espace virtuel sûr où les médecins et les apprenants en médecine peuvent s'entraider.

En savoir plus