Séance de questions : cinq questions sur l’innovation et l’avenir des hôpitaux à quatre experts du domaine

November 25, 2019 Joule inc.

Comment imaginez-vous l’avenir des hôpitaux?

On pourrait penser à une expérience ultra-efficace où les temps d’attente sont courts ou inexistants parce que le diagnostic et le triage sont automatisés.

On pourrait penser à des dossiers de santé électroniques intégrés et à une surveillance sécurisée en temps réel des données de santé.

Ou encore, on pourrait même envisager un monde où les hôpitaux tels que nous les connaissons aujourd’hui, qui ont pour pierre angulaire la prestation de soins actifs à des patients hospitalisés, deviendraient désuets.

Nous avons parlé à quatre experts du domaine pour connaître leur point de vue sur l’innovation en milieu hospitalier, leur vision d’avenir et les moyens à prendre pour la concrétiser :

  • Dr Duncan Rozario, chef du service de chirurgie à l’hôpital Trafalgar Memorial d’Oakville et directeur médical du programme de soins virtuels d’Oakville.
  • Dr William Parker, coprésident du conseil d’innovation de Joule, médecin résident en radiologie à l’Université de la Colombie-Britannique et fondateur de RFX Hammer et de Sapien.
  • Dre Heidi Sveistrup, présidente-directrice générale et directrice scientifique de l’Institut de recherche Bruyère, et vice-présidente à la recherche et aux affaires universitaires pour Soins continus Bruyère.
  • Dr Danny Goel, chirurgien orthopédiste, et chef de la direction et cofondateur de Precision OS.

 

Bonjour et merci d’avoir accepté de discuter avec nous! Tout d’abord, pouvez-vous nous dire ce que l’innovation signifie pour vous dans le contexte des hôpitaux et des soins aux patients?

Dr Rozario : Il faut que la confiance règne dans une organisation pour que l’innovation y prospère. Il s’agit d’une quête de vertu et d’excellence.

Dr Parker : Je pense que c’est, pour les chercheurs, d’avoir un accès sécuritaire et contrôlé aux données des patients, ce qui permet des découvertes novatrices sans compromettre la protection de l’identité et la sécurité des patients. Il s’agit de trouver un équilibre entre la sécurité nécessaire et la volonté humaine de changement et de recherche incessante d’amélioration.

Dre Sveistrup : L’innovation, c’est aider les gens à sortir de l’hôpital plus rapidement ou même à éviter complètement l’hospitalisation. Dans la mesure du possible, Bruyère veut que les patients restent dans leur propre lit, à la maison. Pour y arriver, il faut être capable de remettre en question les perceptions courantes au sujet du vieillissement et du cheminement vers les soins de longue durée. Il faut aussi utiliser de vastes ensembles de données pour améliorer la surveillance de la santé, l’établissement du pronostic et les options de traitement.

Dr Goel : L’innovation en médecine aujourd’hui signifie relier le monde d’une façon totalement nouvelle, ce qui passe par l’accès, la commodité et l’échange rapide de renseignements médicaux.

 

Quels sont les risques, les défis et les possibilités liés à l’innovation dirigée par les hôpitaux? En quoi diffèrent-ils de ceux de l’innovation dans les autres milieux de soins?

Dr Rozario : Les hôpitaux sont très peu enclins à prendre des risques, ce qui est compréhensible. Cependant, pour progresser dans ce jeu sans fin, nous devons faire preuve de leadership dans nos énoncés de vision. Sinon les soins de santé ne seront pas viables.

Dre Sveistrup : L’hôpital n’est pas un endroit où nous pouvons avancer par essais et erreurs. Très souvent, le bien‑être des gens ou même leur vie sont en jeu. Mais nous savons maintenant que le plus grand risque est le statu quo. Compte tenu du vieillissement de la population, de l’augmentation des coûts et des besoins de modernisation, nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas innover. Si nous ne le faisons pas, les soins de demain seront les soins d’aujourd’hui. Cependant, les hôpitaux ne peuvent pas entreprendre cette démarche seuls. Nous devons travailler avec l’industrie, les gouvernements, les cliniciens, les chercheurs, les patients et les familles pour que les innovations répondent à des défis réels.

Dr Parker : Je suis tout à fait d’accord avec vous. Et les hôpitaux devraient collaborer pour créer des projets d’innovation en réseau, communs à plusieurs sites. Échanger des idées et innover collectivement. Apprendre rapidement. Et quand ça ne fonctionne pas... essayer autre chose.

Dr Goel : La propriété intellectuelle peut être un obstacle important à l’innovation dirigée par les hôpitaux. Cette question devrait être réglée dès le départ afin que tous comprennent rapidement leur rôle et leur contribution.

 

Comment convaincre les gestionnaires des hôpitaux de mettre en œuvre des idées neuves et audacieuses? Quels seraient vos conseils et suggestions?

Dre Sveistrup : Faites vos recherches. Faites vos devoirs. En tant qu’innovateurs, nous devons fournir des données justifiant l’adoption ou la mise en œuvre à grande échelle de toute nouveauté. Montrez-vous disposés à collaborer. Faites participer les gestionnaires tout au long du processus d’identification du problème et d’examen des solutions possibles.

Dr Rozario : La politique consiste essentiellement à déterminer qui obtient quoi. Si vous voulez promouvoir les intérêts de votre équipe, de vos patients, ou votre innovation, prenez votre place et impliquez-vous. Appliquez le modèle Kotter pour le changement, apprenez à connaître les administrateurs, la fondation de l’hôpital et les politiciens locaux de tous les paliers. Vous seriez étonnés de voir à quel point ils tiennent à faire la bonne chose dès qu’ils savent ce que c’est – et c’est votre travail de les informer.

Dr Parker : Persévérance, persévérance, persévérance! Une nouvelle idée ne reçoit pas l’appui d’un hôpital après une seule demande ou un seul essai. Selon mon expérience, il faut plutôt exercer une pression constante et persistante. Ne lâchez pas!

Dr Goel : Comme la présence des technologies augmente rapidement, il serait peut-être temps d’envisager la mise en place d’une politique concernant l’introduction de l’innovation dans les hôpitaux.

 

Parlons de l’évaluation... comment mesurez-vous la portée des projets d’innovation?

Dre Sveistrup : À Bruyère, le succès se traduit par une véritable amélioration des résultats cliniques et de l’expérience du patient, une réduction des coûts et une accessibilité accrue pour tous. Autrement, ce n’est pas une innovation dont nous avons besoin.

Dr Parker : Oui, je suis d’accord avec la Dre Sveistrup. Le succès de l’innovation doit être mesuré en fonction de paramètres précis de qualité des soins et de fonctionnement opérationnel.

Dr Goel : Les innovations peuvent avoir une incidence sur l’accès, sur l’ensemble de l’hôpital et sur le déroulement du travail des médecins. On peut facilement miser sur ces points pour convaincre un hôpital. Les répercussions sur les résultats sont multidimensionnelles et exigent des recherches approfondies. Il y a d’autres arguments convaincants que vous pouvez utiliser.

Dr Rozario : Consultez les personnes les plus importantes : le personnel et les patients. Des outils en ligne tels que SurveyMonkey vous seront utiles pour atteindre les personnes visées. Utiliser les données du NSQIP est un excellent moyen de mesurer la qualité chirurgicale. Votre innovation a-t-elle changé quelque chose?

 

Si nous étions en 2030, à quoi devrait ressembler l’expérience des patients, des fournisseurs de soins et des administrateurs à l’hôpital?

Dr Rozario : J’imagine l’expérience en 2030 comme ceci : des technologies portables qui mesurent les résultats en tout temps et un dossier de santé électronique intégré qui permet une surveillance en temps réel de la santé. Les soignants sont informés des besoins et les patients se font exposer les solutions avant même que les problèmes ne surviennent. La prévention se fait en temps réel. L’expérience hospitalière devrait être pratiquement inexistante. Les soins sont prodigués à domicile ou dans de petits centres de soins à proximité. Nous aurons une plus grande conscience collective, et les besoins fondamentaux de chacun seront satisfaits : logement, nourriture, éducation et contacts sociaux. Nous savons depuis des années ce que nous devons faire. Mais la société a besoin de la volonté politique pour y arriver.

Dre Sveistrup : D’ici 2030, je veux voir naître le « maisonpital ». Nous savons que les gens veulent des soins à domicile. Nous avons la technologie. Bruyère travaille déjà là-dessus. Pour réaliser cette vision, les hôpitaux devront fournir des soins au sein d’un réseau. Le diagnostic et le triage seront de plus en plus automatisés grâce aux technologies portables et au diagnostic au point de service. Les patients auront facilement accès à leurs données de santé (et pourront les comprendre).

Dr Parker : Uber pour les hôpitaux... toutes les démarches, les communications, les résultats de laboratoire et d’imagerie et les services de soutien devraient être fournis au moyen d’une application ou d’un portail Web. Simple et facile.

Dr Goel : Un dossier de santé mondial, l’accès en temps réel aux résultats des tests, l’accès immédiat à l’information et, je suis d’accord avec le Dr Rozario, des consultations virtuelles pour les cas non urgents.

À propos de l’auteur

Joule inc.

Joule, une filiale de l’AMC, est au cœur de l’écosystème d’innovation en soins de santé du Canada. Grâce à ses relations clés avec les acteurs du système, elle trouve, sélectionne et crée des solutions numériques. Elle favorise l’adoption d’innovations numériques qui ont le potentiel d’améliorer l’accès aux soins de santé pour toute la population canadienne.

Twitter LinkedIn Consulter le site Web Plus de contenu par Joule inc.
Précédent
Cellulaires à la rescousse : 12 applications mobiles approuvées par une médecin
Cellulaires à la rescousse : 12 applications mobiles approuvées par une médecin

Plusieurs raisons justifient le recours des médecins aux applications médicales. La Dre Chandi Chandrasena ...

Prochain
Convergence : quand la rencontre de trois technologies inspire une solution de chirurgie
Convergence : quand la rencontre de trois technologies inspire une solution de chirurgie

Et si les chirurgiens avaient des outils de visualisation perfectionnés comme ceux des pilotes? Philip Edgc...