Je suis médecin et je n’ai rien contre les outils de soins de santé numériques

September 6, 2019 Dr Doug Kavanagh

La nouvelle vague d’outils de santé numériques nous aide à reporter notre attention sur le patient

En tant que médecin innovateur dans le monde des soins de santé numériques, je rencontre régulièrement des pairs qui déplorent les avancées de la technologie numérique au sein de notre profession. C’est compréhensible. La première vague d’outils numériques qui a transformé les pratiques médicales, soit les dossiers médicaux électroniques et numériques, a également entraîné des conséquences imprévues. La consignation des renseignements dans les dossiers médicaux électroniques (DME) a fait en sorte que les professionnels de la santé se sont détournés des patients pour se tourner vers leur écran d’ordinateur. La bonne nouvelle, c’est qu’avec la nouvelle vague d’outils de santé numériques, on assiste actuellement à un retour du balancier.

Selon la personne à qui vous posez la question, les médecins passent de la moitié jusqu’aux deux tiers de leur temps à consigner des renseignements dans les dossiers des patients et à accomplir des tâches administratives. Ce n’est pas totalement nouveau; après tout, la paperasse a toujours fait partie du processus de consultation. Mais on s’entend généralement pour dire que l’introduction des dossiers électroniques a eu tendance à alourdir ce fardeau. 

Il ne fait aucun doute que l’aspect numérique et détaillé de la « paperasse » d’aujourd’hui peut s’avérer ardu. Je sais que beaucoup de mes collègues craignent de faire des erreurs durant la prise de notes et qu’ils passent souvent de longues heures à y travailler après le travail pour s’assurer que tout est consigné correctement. Non seulement ce niveau de préoccupation et d’effort est-il frustrant, mais il semble également être un facteur contributif dans certains cas d’épuisement professionnel.

Heureusement, un nombre croissant de technologies de santé numériques de la « deuxième vague » contribuent à nous redonner le temps de nous concentrer sur les aspects interpersonnels des soins, essentiels à notre bien-être. Les solutions ci-dessous ne sont que quelques-uns des outils que j’utilise dans ma propre pratique pour réduire le temps passé devant mon écran et remplacer ce temps par des interactions présentielles avec les patients, beaucoup plus significatives.

Prise de notes cliniques automatisée

Imaginez que vous ouvrez le dossier de votre patient et découvrez qu’il a été mis à jour, que les antécédents du patient y sont affichés de façon concise et que les signaux d’alerte ont été soulignés, avant même d’entrer dans la salle d’examen. C’est possible. Et c’est formidable. Des milliers de médecins du Canada utilisent maintenant les formulaires de Smart OceanMD, qui sont envoyés aux patients chez eux ou sur des tablettes dans la salle d’attente en vue de recueillir et de résumer les antécédents et les symptômes du patient, tout comme un transcripteur médical le ferait. Ce système leur permet d’examiner les préoccupations des patients, formulées dans leurs propres mots, avant même d’entrer dans la salle d’examen. Les symptômes du patient étant déjà consignés dans le dossier, le processus SOAP (symptômes, observations, analyse et plan) s’en trouve simplifié et il est beaucoup plus facile de se concentrer sur le patient qui se trouve devant vous tout en réduisant le temps nécessaire à la mise à jour du dossier à la fin de la journée.

Outils de planification numériques à l’intention des patients

En tant que médecin de premier recours, je vois souvent des patients qui se présentent avec une longue liste de préoccupations qu’ils souhaitent aborder. D’autres se présentent avec une seule préoccupation, pour ensuite aborder un problème beaucoup plus important – « une dernière petite chose » – à la fin de la consultation. En invitant les patients à remplir un formulaire visant à établir la raison de la consultation sur une tablette dans la salle d’attente, nous leur donnons la possibilité de rassembler leurs idées et de partager leurs préoccupations avant la consultation. D’après mon expérience (et selon les preuves établies à cet effet), les patients sont souvent plus ouverts et honnêtes lorsqu’ils énoncent leurs préoccupations sur une tablette. Le fait de fournir aux patients ce « planificateur » numérique nous aide à aborder leurs préoccupations par ordre de priorité durant la consultation et à amorcer un dialogue plus constructif. Cela nous aide aussi à gérer les attentes des patients en ce qui a trait à la consultation, ce qui constitue un avantage supplémentaire. La tablette peut même être configurée de façon à suggérer automatiquement qu’un patient prenne d’autres rendez-vous si le temps de consultation prévu n’est pas suffisant pour aborder toutes les préoccupations indiquées. 

Outils de soutien pour les rappels automatiques auprès des patients, le statut vaccinal de ces derniers, et les décisions cliniques

Lorsqu’ils sont utilisés correctement, les outils de santé numériques peuvent vous faire gagner du temps en éliminant les tâches prenantes qui peuvent facilement être automatisées. Dans le cadre de ma pratique, j’utilise les services automatisés de la plateforme OceanMD notamment pour rappeler aux patients des interventions en retard, déterminer leur statut vaccinal et calculer les résultats de leurs questionnaires. En « sous-traitant » ces aspects de mon travail, j’ai beaucoup plus de facilité à établir des pratiques exemplaires dans les soins que je prodigue aux patients jour après jour. Par exemple, si l’un de mes patients mentionne des préoccupations liées à l’anxiété, je peux l’inviter à remplir une série de questionnaires validés comme le PHQ-9 et le GAD-7, qui me permettent d’avoir une meilleure idée de son état de santé mentale. Dans cet aperçu, vous pouvez voir à quoi ressemble le questionnaire pour le patient sur la gauche et ce qui sera affiché dans le DME sur la droite. Pendant que le patient remplit le formulaire, les résultats sont calculés en temps réel. Si les résultats sont plutôt élevés, ils seront aussi affichés en rouge dans la note clinique, ce qui m’indiquera que je dois approfondir la question.

Messages électroniques pour les communications entre le patient et le fournisseur de soins

Un bref courriel peut souvent remplacer une consultation en personne, apaiser les préoccupations d’un patient concernant des résultats de tests négatifs ou éviter à un patient de se rendre à la clinique pour récupérer une requête d’analyses de laboratoire, une lettre ou un formulaire. Jusqu’à tout récemment, les options disponibles comportaient plus d’inconvénients que d’avantages. Le fait de devoir se connecter à un outil de messagerie indépendant du DME (ce qui exigeait de copier-coller l’information d’un système à l’autre) suffisait à décourager la plupart de mes collègues d’utiliser la messagerie électronique. Les temps ont changé : je peux maintenant envoyer des messages sécurisés à mes patients, y compris un formulaire ou une pièce jointe du dossier, directement à partir du DME. Plutôt que d’envoyer un message à mon personnel administratif pour lui demander de communiquer avec mon patient, je peux envoyer le même message directement au patient. C’est plus rapide et plus efficace et, en définitive, le patient s’en portera mieux. 

Il est encourageant de voir que les outils de santé numériques commencent à remplir leur promesse, c’est-à-dire faire en sorte que la technologie permette d’améliorer les soins aux patients et l’expérience clinique pour les fournisseurs de soins de santé. Tandis que cette « deuxième vague » de technologies s’amplifie pour inclure tous les aspects de la médecine, des consultations virtuelles jusqu’aux demandes de consultation par voie électronique, l’avenir des soins de santé au Canada semble plus radieux de jour en jour.

_

Ces documents sont publiés uniquement à titre informatif. Ils ne remplacent en rien un avis médical en bonne et due forme et ne doivent pas être considérés comme des conseils médicaux ou personnels. Les auteurs s’expriment à titre personnel, et leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales, y compris Joule. L’innovation dirigée par des médecins vous passionne? Écrivez-nous à infojoule@amc.ca.

À propos de l’auteur

Dr Doug Kavanagh

Médecin de famille à Toronto, le Dr Doug Kavanagh se spécialise dans la technologie numérique de la santé. Il a plus de dix-huit ans d’expérience dans l’élaboration des dossiers médicaux électroniques et des solutions qui y sont intégrées en vue de faciliter la mobilisation des patients, la recherche et les demandes de consultation. Directeur médical et cofondateur de CognisantMDMD, le Dr Kavanagh est surtout connu pour sa détermination à révolutionner la façon dont les renseignements médicaux sont partagés entre les patients et les médecins. En 2016, le Dr Kavanagh a reçu une subvention à l’innovation de Joule de 50 000 $ pour poursuivre le développement de la plateforme OceanMD au Canada, qui est maintenant utilisée par plus de 4 000 professionnels de la santé et plus de 10 000 patients chaque jour.

Twitter Consulter le site Web Plus de contenu par Dr Doug Kavanagh
Précédent
La Dre Linda Lee, médecin innovatrice
La Dre Linda Lee, médecin innovatrice

La Dre Linda Lee a reçu une subvention de Joule en 2019 pour l’innovation MINT Memory Clinics.

Prochain
5 lectures incontournables sur l’intelligence artificielle pour les médecins
5 lectures incontournables sur l’intelligence artificielle pour les médecins