Leçons d’un astronaute : cultiver la résilience dans l’isolement

April 8, 2020

Dans cette série de webinaires de Joule sur la COVID-19, l’animatrice et médecin Jillian Horton s’entretient avec le Dr Robert Thirsk, un ancien astronaute canadien qui a passé six mois à vivre et à travailler dans la Station spatiale internationale, le séjour le plus long qu’un astronaute canadien ait passé dans l’espace à ce jour.

Le Dr Thirsk nous fait part de ses conseils pour surmonter l’isolement et améliorer sa résilience. Il établit de nombreux parallèles entre sa propre expérience et ce que vivent actuellement les médecins canadiens en première ligne dans la lutte contre la COVID-19.

Tweetable: « C’est comme si nous étions des astronautes sur le vaisseau spatial Terre, avec pour mission de réduire au minimum le taux d’infection afin que tous les médecins et les patients du monde aient une chance de survivre à ce terrible virus. »

PRINCIPAUX POINTS À RETENIR

Quel type de formation le Dr Thirsk a-t-il reçue pour se préparer à passer des mois dans l’espace?

  • Pour devenir astronaute, le Dr Thirsk a suivi une formation spécialisée dans les missions pendant plusieurs années au Johnson Space Center de la NASA.
  • Il a reçu une formation avancée sur les systèmes des navettes spatiales et de la Station spatiale internationale, les sorties dans l’espace (EVA), les opérations de robotique et le russe.  
  • Il a aussi acquis des compétences non techniques, notamment en lien avec les soins personnels, le travail d’équipe, le leadership et la communication avec des gens d’autres cultures.

Tweetable: « Certaines compétences non techniques sont tout aussi importantes que les compétences techniques, surtout dans un environnement confiné et isolé. »

Quels aspects du travail d’équipe la population canadienne devra-t-elle prioriser afin de traverser les mois à venir?

Après avoir passé six mois à bord de la Station spatiale internationale en compagnie de cinq astronautes d’autres pays, le Dr Thirsk connaît les difficultés du confinement en groupe. Voici ce qu’il recommande pour composer avec l’auto-isolement :

  • Être flexible : Soyez conscient de vos petites habitudes qui peuvent irriter les autres et soyez prêt à changer votre comportement.
  • Partager les tâches ordinaires : Tous les astronautes à bord de la station voulaient relever des défis (comme les sorties dans l’espace), mais les membres de l’équipage devaient aussi vider la cuve des toilettes, ramasser les ordures et essuyer les murs de la capsule.
  • Communiquer : Lorsqu’un conflit personnel surgit, résolvez-le sur-le-champ plutôt que de le laisser s’envenimer.

Tweetable: « Si l’équipage en a besoin, je peignerai mes cheveux dans l’autre sens pendant six mois. Ce n’est pas important pour moi. Ce que je souhaite, c’est rentrer chez moi avec le reste de l’équipage, sentir que j’ai réussi, que je suis heureux et en santé, et que j’ai atteint tous les objectifs de la mission. »

Les médecins ne donnent pas toujours l’exemple lorsque vient le temps de prendre soin d’eux-mêmes. En quoi cet état d’esprit peut-il nuire à leur capacité à lutter le mieux possible contre la COVID-19?

  • S’attaquer à la COVID-19 s’apparente un peu à accomplir une mission dans l’espace. Dans les deux cas, il s’agit d’événements d’une durée prolongée qui constituent une véritable course contre la montre. 
  • Le contrôle de sa charge de travail et le fait d’avoir suffisamment de réserves pour traverser la crise revêtent une importance particulière.
  • Il faut toujours prendre soin de soi-même, dans l’espace comme sur Terre : avoir une alimentation saine, faire de l’exercice et dormir suffisamment.

Tweetable: « Vous vous méprenez si vous croyez avoir des superpouvoirs vous permettant de travailler pendant 18 heures d’affilée à l’urgence ou aux soins intensifs sans conséquence. »

Beaucoup de médecins travaillent dans un climat de peur. Ils craignent d’attraper eux-mêmes la COVID-19 ou de contaminer leurs proches. Comment composer avec la peur dans un contexte de travail où le facteur de risque personnel d’infection est élevé?

Les astronautes doivent prendre des risques et apprendre à vaincre la peur. Le Dr Thirsk a perdu sept amis lors de la catastrophe de la navette Columbia. Il a deux suggestions pour aider les médecins à affronter cette crise :  

  • Évaluer les risques et les avantages. Pour les astronautes, le risque de blessure ou de décès est faible comparativement à la chance de travailler avec des gens qui sont au sommet de leur carrière pour le bien collectif.
  • Pratiquer le compartimentage. À titre d’exemple, pendant le décollage, alors qu’il était assis sur la plate-forme de lancement, sous laquelle se trouvaient deux millions de livres d’explosifs, le Dr Thirsk s’est concentré sur sa liste de vérification et sur les tâches qu’il devait accomplir pour réussir l’ascension.

Tweetable: « Je me débarrasse de tout ce qui risque de me distraire ou de m’empêcher d’être efficace et de montrer de quoi je suis capable. » 

Les professionnels de la santé vivent actuellement une expérience sans précédent en médecine. Quelles sont vos réflexions sur la mission que nous entreprenons?

Les vols dans l’espace ont changé la façon de voir le monde du Dr Thirsk et l’ont fait prendre conscience de plusieurs choses :

  • Les écosystèmes naturels sont reliés, et tout un chacun en fait partie.
  • Ce qui compte réellement, c’est la survie de l’espèce humaine.

Dans le cas de la COVID-19, il sera important pour le Canada et le reste du monde d’analyser la réponse à la pandémie afin de pouvoir en tirer des leçons pour la prochaine fois.

Tweetable: « L’ampleur de cette pandémie COVID-19 nous a pris par surprise, mais quand une autre surviendra dans les décennies suivantes, nous serons prêts. »

_

Ces documents sont publiés uniquement à titre informatif. Ils ne remplacent en rien un avis médical en bonne et due forme et ne doivent pas être considérés comme des conseils médicaux ou personnels. Les auteurs s’expriment à titre personnel, et leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales, y compris Joule. Ce sujet vous passionne? Écrivez-nous à infojoule@amc.ca.

Précédent
De retour à un bureau vide : le témoignage d’une médecin sur la COVID-19
De retour à un bureau vide : le témoignage d’une médecin sur la COVID-19

Après deux semaines d’auto-isolement, la Dre Ann Collins retourne à sa clinique de médecine familiale à Fre...

Prochain
Le syndrome de l’imposteur : récit d’un combat personnel
Le syndrome de l’imposteur : récit d’un combat personnel

Se poser en leader n’est pas facile, même dans les meilleures circonstances. Seule étudiante noire de sa cl...

Série de webinaires de Joule sur la COVID-19 pour les médecins

Visionnez