L’accompagnement peut-il aider les médecins en exercice et les médecins résidents à éviter l’épuisement professionnel?

December 11, 2019

Lourdes charges de travail, normes de formation et de pratique exigeantes et milieux de travail complexes ne sont que quelques-uns des facteurs qui peuvent rendre un médecin plus vulnérable à l’épuisement professionnel. L’accompagnement et la formation peuvent-ils être bénéfiques? Nous en avons discuté avec la « médecin des médecins ».

Dans cet épisode de Boldly, nous discutons avec la Dre Mamta Gautam, une psychiatre spécialisée dans les questions touchant la santé et le bien-être des médecins. Directrice et fondatrice du programme de promotion de la santé à la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa, elle aide les médecins à déjouer l’épuisement professionnel.

La Dre Gautam explique ce qui a suscité son intérêt pour ces questions, précise la manière dont l’accompagnement peut aider les médecins à traverser un épisode d’épuisement professionnel et raconte des histoires inspirantes qui sauront changer votre perception de la santé mentale.

tweetable: « Je me suis aperçue que même si je pouvais aider les médecins dans mon bureau, ils retournent ensuite souvent dans un environnement de travail très difficile, qui est en partie responsable de ce qui n’allait pas. »

 

Principaux points à retenir

Pourquoi la Dre Gautam s’est-elle intéressée au bien-être et à la santé des médecins?

  • Elle a réorienté sa carrière lorsqu’un collègue lui a demandé de présenter une conférence sur la dépression devant des centaines de médecins, à un congrès.
  • Après sa présentation, deux médecins lui ont demandé une consultation. Depuis, grâce au bouche-à-oreille, son cabinet a gagné en importance.
  • Il y a environ 15 ans, parallèlement à son travail en cabinet, elle a compris qu’elle pouvait accroître son influence en agissant au niveau systémique et en sensibilisant les dirigeants du système de santé.

tweetable: « Nous devrions être attentifs aux moments où le stress est accru, par exemple lorsque la charge de travail s’alourdit ou lorsque des périodes intenses approchent. »

Y a-t-il des moments où les médecins et apprenants en médecine sont plus susceptibles d’être épuisés professionnellement?

  • L’épuisement professionnel se caractérise par un stress démesuré ressenti de façon chronique durant une période prolongée, un état qui a plus de chances de toucher les professionnels prenant soin d’autrui.
  • Les médecins y sont particulièrement vulnérables en raison des charges de travail et de la pression intenses auxquelles ils sont soumis, et de la nécessité d’accomplir plus de travail avec moins de ressources.
  • Les médecins devraient être attentifs aux moments où le stress est accru, notamment durant une période de travail intense comme lorsqu’ils doivent assumer les tâches d’un collègue absent.   
  • Les médecins et apprenants en médecine devraient aussi s’écouter (eux-mêmes et les uns les autres) durant les périodes de transition, par exemple le passage des études à la résidence, de la résidence à l’exercice, etc.
  • Même les facteurs de stress positifs peuvent influencer la santé mentale.

tweetable: « Si notre apprentissage est marqué par plusieurs transitions, c’est aussi le cas d’une carrière en médecine. »

Que peuvent faire les médecins et leurs pairs pour prévenir l’épuisement professionnel?

  • On enseigne aux étudiants en médecine et aux apprenants à s’occuper des autres et non d’eux-mêmes.
  • Durant toute leur carrière, ces professionnels devraient se concentrer sur la résilience et la prévention de l’épuisement professionnel : le plus tôt ces principes sont intégrés, meilleurs seront les résultats.
  • On parle maintenant beaucoup de l’importance de prendre soin de soi, mais il faut aussi songer à la gestion du stress.
  • La Dre Gautam croit qu’il devrait y avoir une meilleure sensibilisation aux agents stressants au travail et qu’il faudrait encadrer ceux-ci.
  • Les dirigeants devraient donner l’exemple en adoptant des comportements sains de façon proactive et consciente.

tweetable: « On ne parle pas assez de la prévalence de la dépression et de l’épuisement professionnel. Je ne pense pas non plus que l’on explique aux étudiants en médecine qu’ils seront plus sujets à la dépression que les autres professionnels. »

De quels outils et ressources disposent actuellement les médecins et les apprenants en médecine?

  • S’il reste beaucoup de chemin à faire pour changer la culture entourant la médecine en vue d’améliorer la santé et le bien-être des médecins, la Dre Gautam croit que les choses se sont considérablement améliorées ces dernières décennies (par exemple grâce à l’encadrement et la sensibilisation).
  • Il existe maintenant des groupes Facebook consacrés au soutien entre collègues.
  • Quelques organisations médicales et hôpitaux ont aussi mis sur pied des programmes axés sur le bien-être.

tweetable: « Je crois que très tôt, dès la Faculté de médecine, nous devrions saisir l’occasion de changer la perception qui nous est inculquée de ce qu’est une personne forte en l’équilibrant avec des notions de compassion. »

En quoi l’accompagnement est-il si important pour contrer l’épuisement professionnel?

  • Avec l’accompagnement, on encourage les gens à aller de l’avant.
  • Cette méthode peut favoriser la conscience de soi et le recours aux forces de chacun et aider à éliminer les pensées et les croyances autodépréciatives.
  • Les médecins n’ont pas à traverser ces épreuves tout seuls : l’accompagnement est un moyen aussi proactif que positif de contrer l’épuisement professionnel.

tweetable: « Les dirigeants [doivent] donner l’exemple en adoptant des comportements sains de façon proactive et consciente, parler ouvertement de ce problème et cultiver un véritable sens de communauté au travail pour que les apprenants se sentent appuyés. »

Comment les médecins peuvent-ils améliorer le soutien qu’ils s’offrent les uns les autres?

  • En gardant le contact.
  • En s’écoutant.
  • En imaginant qu’ils ont un « compte personnel » : en travaillant avec certaines personnes, un médecin peut avoir l’impression de faire un dépôt dans ce compte et de l’enrichir, alors que dans d’autres cas plus difficiles, il devra s’y approvisionner. L’idée, c’est de trouver un juste équilibre.
  • En manifestant leur reconnaissance envers les autres et étant sincères lorsqu’ils demandent de l’aide.
  • En faisant preuve de compassion et de flexibilité envers les autres.

tweetable: « Je crois que ce qui compte vraiment, c’est de nous entraider
 et de garder le contact. »

La stigmatisation entourant la santé mentale nuit-elle aux médecins?

  • Cette stigmatisation n’est nulle part aussi vive que dans le milieu de la médecine.
  • En général, le concept de santé physique est mieux compris que celui de santé mentale.
  • Les médecins qui souffrent de troubles psychologiques sont traités différemment de ceux qui souffrent de problèmes physiques.
  • Il est difficile pour des collègues en difficulté de demander de l’aide, puisqu’ils ne savent pas trop comment s’exprimer du fait de cette stigmatisation.
  • La stigmatisation est enracinée dans les idées préconçues, les a priori et le manque de connaissances : plus on parlera d’épuisement professionnel et de dépression – surtout chez les professionnels de la santé –, mieux ce sera.
  • Un diagnostic ne veut pas dire une incapacité.

tweetable: « Cette stigmatisation n’est nulle part aussi vive que dans le milieu de la médecine. »

 

Ressources recommandées

The Tarzan Rule: Tips for a Healthy Life in Medicine*, un livre de la Dre Mamta Gautam

Conseils d’un médecin : contrer l’épuisement professionnel, un article de Boldly écrit par le Dr Duncan Rozario

How to tell if your doctor is burned out*, entrevue de la Dre Mamta Gautam diffusée dans un balado de la série White Coat, Black Art, de la CBC

Why this doctor went public with her story of burnout*, segment d’un balado de la série White Coat, Black Art, de la CBC

Four burning questions with Dr. Mamta Gautam*, une entrevue avec la Dre Gautam publiée dans le bulletel Med e-News

Burnout symptoms common among medical residents but rates vary across specialties*, un article du JMAC

Sondage national de l’AMC sur la santé des médecins (SNSM) : un instantané national

Santé et bien-être des médecins au Canada : Facteurs comportementaux et professionnels prédictifs des issues psychologiques, un rapport de l’Association médicale canadienne

* En anglais seulement.

 

Ne ratez jamais un épisode! Inscrivez-vous sur SoundCloudiTunes et Spotify.

Vous vous considérez comme un vecteur d’innovation? Vous avez une idée audacieuse à partager? Nous aimerions beaucoup entendre votre histoire. Écrivez-nous à infojoule@amc.ca pour présenter vos réflexions dans un prochain balado.

Les participants aux balados s’expriment à titre personnel, et leurs opinions ne reflètent en rien celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales, y compris Joule. Joule n’appuie pas les points de vue, produits, services, associations, entreprises ou industries mentionnés dans ces balados.

 

Précédent
Palmarès 2019 : les articles les plus lus sur Boldly
Palmarès 2019 : les articles les plus lus sur Boldly

L’année 2019 tirant à sa fin, nous avons fait une analyse rétrospective du contenu qui vous a le plus inter...

Prochain
Comment les technologies numériques peuvent-elles améliorer la sécurité des patients?
Comment les technologies numériques peuvent-elles améliorer la sécurité des patients?

Dre Nada Gawad raconte ce qui l’a inspirée et explique comment le travail d’équipe l’a aidée à concrétiser ...

L’AMC propose aux médecins et au public des ressources fiables et à jour sur la COVID-19

En savoir plus